syndrome de Diogène : nouvel appel à témoins


Bienvenue aujourd’hui à alexh, qui nous rejoint pour un nouvel appel à témoins, le deuxième en peu de temps :
“… Très intéressée et touchée par les personnes atteintes du syndrome de Diogène, je souhaiterais pouvoir publier une annonce sur votre sympathique site. Connaissez-vous des personnes atteintes de ce syndrome, qui accepteraient de témoigner…”

Un autre reportage télévisé nous attend, voir l’annonce dans le forum :

appel à témoins

Bien des personnes atteintes de ce syndrome ne le savent pas, et se croient seulement affligées d’une particularité personnelle rejetée par leur entourage — particularité à laquelle ils tiennent cependant, ou bien qu’ils ne sauraient modifier malgré leurs efforts.
Certains ici font partie des “avertis”, conscients d’être touchés ou menacés de l’être, et cherchent à démêler les fils de la pelote… Afficher la suite »

FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso

témoigner sur les toc

Le syndrome de Diogène, l’amassage compulsif, la syllogomanie, la collectionnite, le ramasse-tout, le on-ne-jette-rien, le ça-peut-servir, le hoarding… autant de termes qui deviennent peu à peu familiers aux discrets habitués de fatratas, bien que le site soit encore schématique et dans sa toute petite enfance. Autant de termes qui tournent autour d’une maladie plus répandue que connue, à peine reconnue, et pour l’instant classée dans le très vaste éventail des toc — troubles obsessionnels compulsifs.
Qui est atteint de toc et de tics n’est ni toqué ni contagieux, mais souvent mis au ban de la société, rejeté par ses proches, ou vite en conflit. Qui est atteint de trouble obsessionnel ou de phobie pose certes tôt ou tard un problème aux autres, mais endure depuis toujours et souffre en permanence au plus profond — un enfer, un enfermement, une horreur que même les plus compatissants ne peuvent pas se représenter clairement. Afficher la suite »

FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso

Diogenes syndrome, peint par Gustavo Abascal

Gustavo Abascal parle avec des tableaux, et sur son blog il n’y a que ça.
Couleurs profondes pour dire des trucs terribles, simples traits qui traitent de trucs compliqués, attitrés de géniales légendes à tout de suite penser : oh oui, je sais de quoi tu parles. C’est tout bien vu.
En octobre 2008, il a publié une série d’acryliques 11×8 cm illustrant huit syndromes, dont voici le dernier, mais non le moindre, vu que c’est celui qui nous occupe ici (on ne peut pas tout avoir à la fois, note bien).

Gustavo Abascal – The faculties of sadness

On a dit à Gustavo qu’il méritait une meilleure place ici (c’est vrai quoi, t’as vu le squeezage), en lui demandant au passage “mais pourquoi t’as peint ça ?”, et il nous a super gentiment répondu que oui, il veut bien revenir, et que

why is that painting, mmh, I did this series about syndromes from the psique, so I look for stories of people around me with that kind of issues and do some kind of interpretation or even from actual photos of them.

Allumez-lui donc quelques étoiles au bas du message, et on vous prépare même les traductions.


seriez-vous...

voir les résultats

FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso