ouvrage de dame : comment élever un ado d’appartement

Cet article est le n° 2 sur 5 de la série lado range sa chambre

Après lecture et étude approfondie de la première contribution de lado — au passage, encore merci,  lado, reviens quand tu veux —,  je me suis sifflé les 124 gouttes de la cannette étiquetée Comment élever un ado d’appartement ?, par Anne de Rancourt, préface de Claude Duneton, ah Duneton, 4,2 gouttes seulement pour étancher ma soif de connaissance. L’emballage nous précise que l’auteur « élève seule quatre ados mâles », et que « ses compétences en matière d’élevage sont d’autant plus fiables qu’elle est également enseignante à Metz ». Ouaich. Je veux bien qu’on m’explique pourquoi être enseignante à Metz, ça te rend plus crédible qu’être enseignante tout court, mais ça se peut, hein, je sais pas, Metz, par les temps qui courent, c’est peut-être déjà dans le neuf-trois.

Comment élever un ado d'appartement ? A. de Rancourt -C. Duneton


Allez,  tant que j’y suis, je vous recopie le reste de l’argument décisif :

L’ « ado mâle » et l’ « ado femelle » ne sont pas des races en voie de disparition. Bien au contraire, et… c’est tant mieux. Car même s’ils sont grunges, gothiques, malpolis, ou ignares, ce sont quand même « nos » ados. Voici le premier manuel de survie destiné aux parents confrontés à ce milieu difficile voire hostile. Ils y apprendront entre autres comment détecter la présence d’ados (baskets puantes, chaussettes en boule, etc.), gérer leur comportement en sachant qu’ils dorment quand vous êtes réveillés et vice versa, qu’ils se nourrissent de pâtes ou de nouilles et vice versa, qu’ils vivent en meute, que la période du rut se caractérise par un air absent et des résultats scolaires en baisse… Un guide indispensable pour soulager les parents en détresse tout en les faisant mourir… de rire !


Lol, mdr, ptdr, XD,  muahahaha, je ris trois fois, bon, ça c’est fait. Ça me soulage du suspense insoutenable que j’ai enduré avec ces deux fois trois points de suspension judicieusement placés, et puis le second degré que j’ai dû escalader à cause de ces trois paires de guillemets, je vous dis pas…

 

Pour rendre justice à cette dame méritante (1 « femelle » contre 4 « ados mâles »,  oh ben ça alors, ah ben chapeau, et puis la solitude en bannière, ça vous taille tout de suite un costume, au fait alors, c’est pour de faux le papounet avec qui vous devisez gaiement et la fifille qui a pas de quoi remplir votre soutif ?), je dois dire que j’ai appris des choses rassurantes : la chambre d’ado décrite précédemment par lado est on ne peut plus normale, il y manque même certains ingrédients ; le comportement d’ado décrit par lado paraît déjà bien sympa ; et surtout, les moyens d’expression d’ados non élevagés à Metz, tel lado, semblent pour le moins satisfaisants, et même très prometteurs.

 

En fait, à bien regarder la couverture de ce petit ouvrage, j’ai tout faux : c’est pas une cannette, c’est une boîte de conserve. Mais je compte pas la garder.

 

Navigation dans la sériel'article précédentl'article suivant
FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso
FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Private