l’art et la manière

lucie chaumont - galerie eva hober
ramassage compulsif


Sur parisART, interview de Lucie Chaumont, qui ramasse des trucs sur les trottoirs, collectionne des fragments fascinants et agglomère le tout avec tous les bons mots qu’il faut : elle a fait les Beaux-Arts, c’est de la sculpture.


« J’ai constaté par exemple que les trottoirs étaient parsemés d’élastiques. Leur ramassage est devenu un objet de promenade, auquel s’est greffé la nécessité de leur attribuer un accessoire de rangement, qui a pris la forme de tuyaux, eux aussi dénichés lors de mes déambulations urbaines. J’enroulais les élastiques autour des tuyaux, les uns sur les autres, jusqu’à ce que leur accumulation, après trois mois de ramassage compulsif, donne à cette association du tuyau et de l’élastique l’apparence d’une massue. De cette contrainte provoquée par les circonstances, j’ai réalisé une série de dix objets, tous issus de matériaux récupérés dans la rue, et conçus de manière à susciter un sentiment d’attraction ludique et d’éventuelle répulsion esthétique à l’égard d’objets fabriqués à partir de matériaux pauvres. »



fascinants déchets


Vos piles de détritus au milieu du salon, intelligemment éclairées par Tim Noble et Sue Webster (qui demeurent dans l’ombre), vous vaudront plus de considération que découvertes à la lampe torche par les pompiers ou les huissiers. Ces Metal fucking rats with heart shaped tail de 60 cm de haut ont été vendus 275 000 US$ en février 2008.


noble_webster_20noble_webster_21 noble_webster


noble_webster_18noble_webster_17



de l’air pour les sacs poubelle




La petite histoire du sac-poubelle – Denis Rivière, peintre


Un texte d’intelligence et 41 œuvres en diaporama. « Alors regardez comme le sac est plastique ! »




FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *