boulot de pros : La vie secrète du Diogène

Frères de misère, il est grand temps de passer aux articles qui nous cernent. Loin de la presse à sensation ou des divers voyeurismes de plus ou moins bon ton, La vie secrète du Diogène, paru en juin 2009, fait le tour du problème sans y emprisonner personne. Ayant acquis ce livre à sa sortie, je l’ai dès réception dévoré derechef —  une heure de ma vie y a suffi.

couverture du livre La vie secrète du Diogène

Quel décalage, quand on considère les trois ans de boulot en amont.

Et quel dommage de ne faire en réponse à cet ouvrage qu’une brève hâtive, fût-elle aussi longuette que celle consacrée dans ce site à l’élevage d’ados d’appartement (non, je ne refais pas de lien vers “l’âne de rang court”).

Du boulot de pros, donc, et si je laisse ce titre en vedette, c’est qu’il le mérite au plus haut point.

C’est que je le considère comme fondateur à bien des égards, c’est qu’il présente une valeur littéraire certaine, et iconographique de même, c’est qu’il est humain et respectueux (donc a priori pas rentable, mais détrompez-moi, Thierry Mertenat et Magali Girardin, si ce n’est pas le cas).

Il y a beaucoup de pistes à suivre à partir de cet ouvrage, parallèlement aux films de Martin Hampton, et on sera amenés à en reparler bien des fois.

Afficher la suite »

FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso

ouvrage de dame : comment élever un ado d’appartement

Cet article est le n° 2 sur 5 de la série lado range sa chambre

Après lecture et étude approfondie de la première contribution de lado — au passage, encore merci,  lado, reviens quand tu veux —,  je me suis sifflé les 124 gouttes de la cannette étiquetée Comment élever un ado d’appartement ?, par Anne de Rancourt, préface de Claude Duneton, ah Duneton, 4,2 gouttes seulement pour étancher ma soif de connaissance. L’emballage nous précise que l’auteur « élève seule quatre ados mâles », et que « ses compétences en matière d’élevage sont d’autant plus fiables qu’elle est également enseignante à Metz ». Ouaich. Je veux bien qu’on m’explique pourquoi être enseignante à Metz, ça te rend plus crédible qu’être enseignante tout court, mais ça se peut, hein, je sais pas, Metz, par les temps qui courent, c’est peut-être déjà dans le neuf-trois. Afficher la suite »

FavoriteLoadingAdd to favorites - Ajouter à ma liste perso